Un paysage historique de Soignies en passe de disparaître définitivement

Le collège communal a accordé à MATEXI un permis d’urbanisme pour la construction d’un nouveau lotissement (51 logements, soit 29 maisons et 22 appartements) au chemin des Chevaux, dont la « porte d’entrée » sera constituée, à front du chemin du Tour, de deux blocs d’appartements d’une hauteur totale d’environ 15 mètres.

Le lotissement de la Tortue avait veillé en son temps, par un élargissement à hauteur de la dernière chapelle du Tour Saint-Vincent, à maintenir ouverte la vue vers la collégiale. Le permis d’urbanisme accordé à MATEXI fera quant à lui disparaître irrémédiablement la connexion visuelle, porteuse de sens, entre le bien nommé « chemin du Tour » et la collégiale, qui constitue le pivot du traditionnel Grand Tour du lundi de Pentecôte.

Ces immeubles à appartements sont par ailleurs totalement hors gabarit par rapport à l’habitat existant dans cette zone. Ils constituent une « compensation » accordée volontairement par les autorités communales au promoteur, qui a la charge d’aménager une placette autour desquelles les nouvelles maisons vont prendre place. Les financements escomptés au départ pour cette charge n’ont, en effet, pu être obtenus.

Ce n’est pas le projet sur lequel il y a eu un accord entre la Ville, le promoteur et l’asbl « les Amis du Chemin du Tour » créée spécifiquement en 2000 pour faire entendre la voix des habitants du quartier. L’accord a été formalisé par une réunion tenue le 22 juillet 2002, donnant lieu à un P.V. dressé par la commune elle-même : il porte sur la densité et le gabarit des constructions pour préserver les vues vers la collégiale ainsi que sur une augmentation des espaces verts. Une vue axonométrique du projet tel que revu est à l’époque réalisée rapidement par l’architecte de MATEXI et remise à l’asbl.

Cet accord, malgré qu’il soit évoqué dans le rapport final de l’EIE (étude d’incidences sur l’environnement), document légal, est complètement ignoré par la décision du collège, alors qu’il lui a été largement rappelé lors de l’enquête publique, enregistrant 158 ( !) réclamations et un avis négatif de la CCATM (commission consultative d’aménagement du territoire).

L’asbl SNE a pris le relai de l’asbl Les Amis du Chemin du Tour qui s’est rangée sous sa bannière en 2010. Elle a bien entendu réagi dans le cadre de l’enquête publique (EIE), mais elle a aussi très explicitement demandé à la Ville et au promoteur immobilier, par courrier du 28/10/2017, de se positionner par rapport à l’accord pris antérieurement avec les habitants. Pas de réponse bien entendu, mais la méconnaissance (ou « l’oubli », même si deux échevins sont toujours là) de l’accord ne peut être invoquée. Donc la remarque aurait dû être dûment traitée dans le permis d’urbanisme.

La même question demeure : à qui appartient légitimement une ville ?

Faut-il se résoudre à La ville sans les gens ?

Cet article a 5 commentaires

  1. Bravo pour cet article qui résume la situation et qui prouve encore une fois que la finance prévaut sur l’intérêt public, et ce avec la complicité de quelques élus qui ne respectent pas un accord Écrit. Preuve qu’ils se moquent de nous et qu’ils ne s’inquiètent exclusivement que de leurs intérêts PERSONNELS.

  2. Merci à l’ ASBL SNE et tous ses membres pour le soutien efficace & rapide aux riverains des quartiers concernés :
    Chemin du Tour , rue de Neufville , la Tortue , les Cerisiers , le Tour-bras- de Fer & l’Epinois

  3. Questionnement pour un philosophe : Est-il bien sage d’attendre de la dignité et du respect de la part de ceux qui ne semblent pas en avoir pour eux-mêmes ?

  4. Il ne faudrait pas tomber dans le travers que dès que l’on fait de la politique on perd toute dignité et respect pour ses idéaux. Le monde n’est pas bipolaire

  5. Plus de logement, plus d’habitants, plus d’impôts à percevoir, plus de subsides pour la ville et donc plus grosse rémunérations pour ses élu(e)s…

Laisser un commentaire

Fermer le menu