Le lotissement du « Chemin des Chevaux » en projet : un scénario tellement connu…

L’asbl SNE participe à l’enquête publique dans le cadre de la demande de MATEXI PROJECTS pour la construction de plus d’une cinquantaine de logements en bordure du chemin du Tour.

Elle constate tout d’abord que ses remarques principales formulées après la réunion d’information publique du 18 octobre 2017 ne sont pas prises en compte (sauf la demande de 10 % d’espaces verts). Pire, l’accord intervenu en 2002 entre le promoteur (MATEXI), la ville de Soignies et les riverains (à l’époque l’asbl Chemin du Tour, intégrée à l’asbl Sauvegardons Notre Environnement) n’est pas respecté. Pourtant, cet accord, intervenu après 5 ans de négociations, était équilibré et cohérent.

 

Que faut-il constater ?

  • Le front bâti le long du chemin du Tour, en face de la rue de la Tortue, est constitué de deux immeubles à appartements, coiffés d’une toiture « pigeonnier » de 7,5 mètres pour une rentabilité maximale; ceux-ci sont jugés particulièrement massifs par l’étude d’incidences elle-même et sont disproportionnés par rapport au bâti existant (R+1+T);
  • Le nombre de maisons unifamiliales a augmenté de deux unités; dans ces maisons, petites, le garage sera parfois utilisé comme buanderie ou chambre, reportant le parking à l’extérieur;
  • La longueur totale des bâtiments est passée de 28 à 37,5 mètres;
  • Dans ses recommandations, l’EIE propose d’atténuer l’impression visuelle massive des 2 immeubles à appartements par des solutions cosmétiques, mais rien de concret pour ramener leur volume dans des proportions raisonnables.

Des remarques importantes de l’étude d’incidences ne sont pas prises en compte :

  • le réseau d’égouttage public au niveau du chemin des Chevaux est déjà jugé proche de la saturation en situation existante; or il est prévu que les eaux usées et eaux pluviales du nouveau lotissement y soit rejeté;
  • l’augmentation du volume d’eaux usées qui vont devoir être gérées de surcroît par la station d’épuration de Biamont doit impérativement être maîtrisée par une limitation du nombre de nouveaux logements;
  • Dans ses recommandations, l’EIE propose de maîtriser l’excédent des eaux pluviale en les rejetant dans le réseau hydrographique sans préciser qui, du promoteur ou de la commune, assumera les frais;
  • la mobilité à la croisée du chemin du Tour avec, d’une part, la chaussée d’Enghien et, d’autre part, la rue de Neufvilles, va être notablement impactée par l’accroissement du nombre d’habitants dans la zone. Il est estimé à terme une augmentation de l’engorgement de 61 % en heure de pointe. Initialement, il était prévu un rond-point à l’entrée du nouveau quartier.

Le Chemin du Tour était autrefois un lieu « où il fait bon vivre ». Les habitants ont, pendant des années, souffert du charroi incessant des camions de la carrière toute proche; ils en subissent encore les nuisances sonores, notamment des concasseurs. A plusieurs reprises, ils se sont mobilisés en masse pour défendre leur cadre de vie.

Tous les Sonégiens sont concernés par cette partie de l’itinéraire du Grand Tour séculaire qui les réunit chaque lundi de Pentecôte. La physionomie du bien nommé « chemin du Tour » va être inévitablement affectée par l’implantation de deux immeubles massifs à appartements  face à l’entrée du chemin de la Tortue. La superbe vue que chacun peut avoir vers le clocher de la collégiale à cet endroit sera irrémédiablement détruite.

Laisser un commentaire

Fermer le menu